Prévention

Cigarette électronique : est-elle néfaste pour la santé ?

Vous avez participé au mois sans tabac ? Félicitations, si vous avez arrêté de fumer, car ce n’est pas une décision facile ! Peut-être faites-vous désormais partie des 3 millions de Français qui vapotent régulièrement ? Utile lors du sevrage tabagique, la cigarette électronique est largement plébiscitée par les anciens fumeurs et ceux voulant réduire leur consommation. Pourtant, il existe aujourd’hui un flou concernant ses dangers réels. Est-elle aussi destructrice que le tabac ? Est-elle néfaste pour notre santé ? On vous dit tout dans cet article, sur les composants d’une cigarette électronique, ses risques et ce que pense la communauté scientifique et médicale.

 

 

Une invention 95 % moins nocive que le tabac

 Les origines de la cigarette électronique

 Saviez-vous que l’on doit son invention à un pharmacien chinois au début des années 2000 ? Honk Link cherchait un substitut nicotinique au tabac. Il souhaitait un objet qui a la forme d’une cigarette afin de reproduire le geste, et qui dispose d’un système électrique. Il désirait aussi dupliquer la fumée d’une cigarette sans les produits toxiques, d’où l’idée de la vapeur. Concrètement, la vapote est composée d’un réservoir prévu pour contenir un liquide aromatisé (parfois avec de la nicotine). Quand vous vapotez, le liquide chauffe et se transforme en aérosol ( fines gouttelettes dans de la vapeur et de l’air).

 

C’est seulement dans les années 2010 que la cigarette électronique est arrivée en Europe et ça a été un véritable carton ! C’est d’ailleurs dans cette décennie que le nombre de fumeurs en France a baissé. Elle apparaît donc comme un des outils de la lutte anti-tabac. On estime même que 1,6 million de Français ont arrêté de fumer grâce à l’e-cigarette.

 

Un outil efficace dans l’arrêt du tabac

Selon une étude anglaise, elle serait 95 % moins nocive que le tabac. En effet, elle ne contient pas toutes les substances toxiques de la cigarette classique. Pour rappel, les voici :

  • les goudrons responsables de cancer ;
  • le monoxyde de carbone déclenché lors de la combustion (facteur de maladies cardio-vasculaires) ;
  • les irritants : l’acétone, les phénols, et l’acide cyanhydrique qui agressent le nez, les bronches et les yeux.

 

L’absence de ces substances dans une cigarette électronique fait d’elle un produit beaucoup moins dangereux. Vapoter est moins risqué, la communauté médicale en est convaincue. C’est pour cela qu’elle est proposée durant d’un sevrage tabagique, au même titre que les patchs ou les gommes à mâcher. Elle est si efficace que le très sérieux site Tabac Info Service la présente comme solution pérenne et sans menaces majeures. Quand vous vapotez après l’interruption totale de la cigarette, le risque de développer des maladies graves diminue (même quand votre vapote contient de la nicotine car ce n’est pas elle qui est cancérigène). Sachez également que le tabagisme passif n’existe pas avec la e-cigarette.

Alors, vous devez vous demander pourquoi il réside des inquiétudes quant à sa consommation ?

 

Des risques encore méconnus  

 Un manque de recul et des études contradictoires

 Si la communauté médicale est plutôt favorable à la vapoteuse, l’OMS émet des réserves quant à son utilisation. Le problème aujourd’hui, c’est que nous ne connaissons pas les effets sur les poumons des composés organiques inhalés. Étant un produit récent, (seulement une dizaine d’années de consommation), nous n’avons pas assez de recul et l’OMS se veut prudente. Des études sérieuses sont en cours et nous devrions être au fait dans les prochaines années. En attendant, soyez vigilant. Il est recommandé d’avoir recours à la cigarette électronique de manière temporaire et non chronique.

 

La dépendance à la nicotine et des effets indésirables

Même s’il vaut mieux vapoter que fumer, la cigarette électronique ne représente pas de risque zéro pour votre santé. D’abord, en vapotant vous inhalez des liquides chimiques comme le propylène glycol, le glycérol et des arômes. Ces substances peuvent dessécher et irriter votre gorge et votre bouche. Si c’est le cas, buvez beaucoup d’eau pendant et après le vapotage. Tout de même, rassurez-vous, les e-liquides en France sont très réglementés et ils ne font l’objet d’aucune alerte sanitaire. Pour être sûr de ne pas avoir de problème, nous vous conseillons de consommer des produits certifiés par l’AFNOR et d’éviter les liquides à base de colorants (association française de normalisation).

 

En juillet 2021, l’OMS a qualifié les vapotes de « nocives » aussi parce qu’elles représentent un danger pour les adolescents. En effet, l’organisation craint que les différents arômes et leurs goûts sucrés puissent attirer ceux qui n’ont jamais fumé et les rendre addicts à la nicotine. Heureusement, cela ne semble pas concerner la France : dans 99 % des cas la e-cigarette est consommée par des fumeurs ou anciens fumeurs.

 

Essayez tout de même de combattre votre addiction à cette substance puissante. Dans le cadre d’un arrêt, le mieux est d’avoir le même taux de nicotine que dans vos anciennes cigarettes. Puis, de diminuer progressivement jusqu’à consommer uniquement des liquides sans nicotine ! Courage, vous allez y arriver !

 

Les alternatives à la cigarette électronique

Pour vous aider à complètement arrêter le tabac, voici les autres substituts à la nicotine :

  • les patchs : à garder pendant 16 heures ou 24 heures sur le haut du bras, l’omoplate ou le bas du dos ;
  • les gommes à mâcher pendant 20 à 30 minutes ;
  • les inhaleurs et les pulvérisateurs de nicotine.

Vous pouvez les acheter en pharmacie et sans ordonnance. Si vous souhaitez être remboursé, il vous faudra une prescription de votre médecin.

Pour vous aider à arrêter de vapoter, il est parfois nécessaire de :

  • consulter un hypnotiseur ou acupuncteur ;
  • faire de la méditation et de la sophrologie ;
  • faire du sport.

Si ces astuces ne suffisent pas, nous vous conseillons de réaliser une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle vous aidera à réorienter vos pensées lorsque vous avez envie de vapoter.

 

Avec 75 000 personnes décédées à cause du tabac en France, la vapote peut être une solution efficace pour lutter contre le tabac. Elle sera toujours moins nocive pour votre santé que la cigarette classique et ses nombreux produits toxiques. Si l’usage de cigarette électronique ne présente pas de dangers à court terme, nous ne connaissons pas encore les effets sur la santé à long terme. C’est pourquoi pour vous protéger, nous vous conseillons de vous en servir de manière ponctuelle uniquement dans le cadre de l’arrêt du tabac. Elle ne doit pas devenir un objet de consommation chronique.

 

Rédaction : Célia Gouverneur

Articles similaires