Prévention

Santé mentale : la préserver pour être en bonne santé

journée mondiale de la santé mentale

Selon l’OMS, « il n’y a pas de santé, sans santé mentale ». Être bien dans sa tête est tout aussi important que l’être dans son corps. Avec le confinement et la crise sanitaire, les états anxieux et dépressifs se sont accentués et la santé mentale est devenue un enjeu majeur de santé publique en France. C’est pour cela que les consultations de psychologie sont désormais remboursées par la Sécurité sociale. Pourtant, parler de son mal-être en société n’est pas toujours évident, la santé mentale est encore taboue, car pétrie de clichés et d’idées reçues. À l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, nous vous proposons d’en savoir plus sur ce qui influe sur elle, nous vous aidons à identifier les signes qui indiquent qu’elle est fragilisée et nous vous apportons des conseils pour préserver votre bien-être intérieur.

La santé mentale : notre affaire à tous !

 

Les mécanismes de la santé mentale

 

Elle varie en fonction des événements de la vie (ruptures, maladies, deuils) et de nos ressources (capacités à gérer le stress ou les émotions). Elle correspond à un état de bien-être psychique et émotionnel dans lequel une personne peut se réaliser et surmonter les obstacles. Elle ne dépend pas uniquement de vous et peut se consolider ou s’ébranler plusieurs fois au cours de votre existence. Voici les principaux facteurs positifs ou négatifs qui influent sur votre santé mentale :

 

  • Facteurs individuels: patrimoine génétique, personnalité, estime de soi, bonne forme physique ;
  • Facteurs extérieurs: deuils, séparations, événements traumatisants, conditions de travail et de logement, accès à l’éducation et aux soins, discriminations, etc.

Le Covid illustre parfaitement comment un phénomène externe peut mettre à mal la santé mentale. Selon Santé Publique France et l’étude CoviPrev, 34 % des individus interrogés présentaient un état anxieux ou dépressif durant la vague de février 2021. Ainsi, si vous n’allez pas bien ne vous accusez pas, vous n’êtes pas le ou la seul.e responsable de votre souffrance.

 

Retenez que la santé mentale est l’affaire de tous et peut être mise à mal plusieurs fois au cours d’une vie. Si elle est perturbée alors c’est votre santé générale qui se retrouve affectée et des troubles physiques peuvent apparaître tels que des migraines, des insomnies ou des crises d’angoisse.

Elle fait partie de la santé en général comme d’autres facteurs.

 

Les différents troubles psychiques

 

Selon un sondage Harris, 64 % des Français déclarent avoir déjà ressenti un trouble psychique. Pour vous aider à y voir plus clair, voici les différents désordres psychiques :

 

  • Les troubles anxieux: comme les TOC ou les phobies ;
  • Les troubles de l’humeur: comme la dépression et la bipolarité ;
  • Les troubles de la personnalité: comme la paranoïa et le narcissisme ;
  • Les troubles du comportement alimentaires: anorexie et boulimie ;
  • Les troubles schizophréniques: qui est une distorsion de la pensée, des émotions, des perceptions ;
  • Les troubles addictifs: comme les jeux, l’alcool, les drogues, le sexe.

 

Ils sont plus ou moins graves mais doivent tous être pris au sérieux et en charge par des professionnels de la psychologie et/ou de la psychiatrie.

Les signes qui doivent vous amener à consulter

 

Avant de vous présenter les différents signes qui doivent vous amener à consulter, nous tenons à vous décomplexer et à déconstruire certains clichés :

 

  • Vous avez le droit d’aller moins bien mentalement comme physiquement ;
  • Ne culpabilisez pas d’aller moins bien ;
  • Consulter ne fera pas de vous « un fou » ;
  • N’ayez pas honte d’en parler à vos proches, vous serez surpris de constater que de nombreuses personnes ont consulté ou consultent des professionnels.

 

Les symptômes et situations à identifier

 

Voici les signes les plus fréquents qui peuvent indiquer que votre santé mentale est affectée :

  • Émotionnels: tristesse, peur ou angoisse, idées noires, mauvaise estime de soi, manque d’intérêt ou d’enthousiasme ;
  • Comportementaux: perte d’appétit ou excès de nourriture, d’alcool ou de drogues, besoin excessif de sommeil ; humeur changeante ou repli sur soi ;
  • Cognitifs : difficultés à se concentrer ou à faire des tâches simples de la vie quotidienne, troubles de la mémoire ;
  • Physiques: maux de tête, insomnies, etc.

 

Si vous ressentez l’un de ces symptômes ou que vivez l’une de ces situations, écoutez-vous et ne minimisez pas. Surtout, s’ils sont inhabituels. Commencez par en parler à une personne de confiance dans votre entourage. Cela peut être un ami ou un collègue. Cela peut être aussi quelqu’un que vous connaissez qui a déjà consulté et saura vous orienter. Parfois, il est plus facile de se livrer à des personnes qui vivent ou ont vécu les mêmes choses que vous.

 

Vous ne parvenez pas à identifier une personne-ressource ? Vous pouvez appeler (ou chatter avec) une cellule d’écoute psychologique. C’est anonyme et vous aurez toute l’aide dont vous avez besoin. Il en existe beaucoup et certaines sont spécialisées suivant ce que vous traversez (deuil, pensées suicidaires, etc.). Pour trouver celle qu’il vous faut, nous vous conseillons de parcourir l’annuaire très bien fait de Psycom qui recense tous les dispositifs nationaux de soutien psychologique.

 

Enfin comme pour tout symptôme, nous vous invitons à consulter votre médecin traitant qui est formé à écouter vos problèmes de santé mentale. N’ayez pas honte ou peur de lui en parler. Quand vous vous faites une entorse de la cheville, vous allez voir un docteur alors pourquoi ce ne serait pas aussi évident pour vos maux intérieurs ? Il pourra vous orienter vers un ou une spécialiste de la santé mentale. C’est d’ailleurs grâce à son ordonnance que vos séances seront remboursées.

 

Quel spécialiste consulter ?

 

Si vous prenez la décision de vous faire aider, il n’est pas simple d’identifier le bon thérapeute. Derrière le mot « psy » se cachent des professionnels différents et il est difficile de s’y retrouver entre la psychanalyse, la psychothérapie, la psychiatrie, etc. Certains sont médecins, d’autres non. Voici les principaux spécialistes que vous pouvez solliciter :

 

  • Le ou la psychanalyste : ce n’est pas un médecin et il n’a pas de reconnaissance légale. C’est une thérapie par la parole sur plusieurs séances. Le praticien se met en retrait pour écouter ;
  • Le ou la psychiatre : c’est un médecin qui peut poser un diagnostic, prescrire des médicaments ou décider d’une hospitalisation ;
  • Le ou la psychologue : ce n’est pas un médecin, mais il a une reconnaissance légale et un diplôme universitaire. Il est spécialiste des émotions, des pensées et des comportements.

 

Saviez-vous que les sophrologues ou les art-thérapeutes même s’ils ne sont pas médecins sont également considérés comme des professionnels de la santé mentale ? Leurs approches peuvent aussi vous apaiser.

 

En plus d’être nombreux, les professionnels ont chacun leur technique et utilisent des approches différentes selon les individus comme l’approche cognitive et comportementale ou l’hypnose par exemple. Ce n’est pas parce qu’une technique a fonctionné sur un ami qu’elle fonctionnera sur vous. Lors du premier rendez-vous, n’hésitez pas à demander quelle méthode sera utilisée. Sachez qu’il est aussi important que vous trouviez la personne avec qui vous êtes à l’aise. Cela peut prendre du temps, il faut parfois rencontrer plusieurs psys différents avant de trouver le thérapeute avec qui vous vous sentez bien.

 

Préserver sa santé mentale en 10 étapes

 

Si vous estimez être en bonne santé mentale, nous vous recommandons tout de même de l’entretenir en suivant ces 10 conseils simples :

  • ne gardez pas vos émotions pour vous ;
  • faites une activité physique régulière ;
  • alimentez-vous correctement ;
  • dormez suffisamment ;
  • évitez les excès ;
  • faites-vous plaisir ;
  • acceptez-vous ;
  • entourez-vous des gens que vous aimez et débarrassez-vous des relations toxiques ;
  • engagez-vous dans une association ;
  • méditez pour avoir des pensées positives.

 

Bien sûr, cette liste est non exhaustive. À vous de trouver ce qui vous fait du bien au quotidien.

 

N’ignorez pas vos problèmes de santé mentale même si nous savons qu’il n’est pas toujours facile de prendre conscience que vous allez mal et d’en parler. Cela demande du courage de parler de soi et de réaliser une introspection sur des événements difficiles de la vie. Les professionnels sont là pour vous aider et non pour vous juger.

 

Pour aller plus loin et mieux comprendre la santé mentale, découvrez le cosmos mental :

3 questions à Amélie Verdebout, psychologue et guide de randonnée :

 

1/ En quoi préserver sa santé mentale est aussi important que préserver sa santé physique ?

Le soin physique a longtemps été favorisé et le monde médical s’est développé en ce sens. Or la santé mentale, si elle n’est pas considérée, peut se dégrader et entraîner de nombreux maux, y compris physiques. Le stress, les troubles du sommeil, la dépression par exemple, peuvent avoir des retentissements dans la vie professionnelle, sociale, et familiale d’une personne. Être en forme mentalement est l’une des pierres angulaires de notre bien-être.

 

2/ Pourquoi les consultations se sont-elles multipliées après le confinement ?

Le confinement et toute la période Covid ont entraîné chez certains une peur des maladies, un stress chronique et une peur du futur. Cela a généré des angoisses, qui n’ont pas disparu au déconfinement, car le cerveau s’est mis en « état d’alerte ». D’autres personnes se sont senties impuissantes à faire bouger les choses, ou encore se sont retrouvées isolées malgré elles, ce qui provoque des troubles dépressifs.

 

3/ Quand est-ce que nous devons aller consulter un psychologue ?

Dès que l’on ressent une souffrance intérieure ou que des proches souffrent à notre contact, et que cela dure dans le temps. Cette souffrance peut prendre différentes formes : crises d’angoisse, troubles du sommeil, pensées suicidaires, isolement accru, déclenchement de phobies, difficultés dans les relations avec les autres, émotions fortes (colère, peur, injustice…), esprit qui « pense trop »… Un psychologue pourra alors vous aider à retrouver votre bien-être.

 

Rédaction : Célia Gouverneur

 

Articles similaires