Prévention

Marcher, bouger, respirer : gages de bonne santé

Aujourd’hui, la sédentarité est un véritable fléau contre lequel il faut lutter. Marcher, bouger, respirer, c’est bon pour la santé !

Marcher, bouger, respirer, c’est bon pour la santé

Réapprendre à s’oxygéner est généralement nécessaire dans un monde où tout va très vite. Au quotidien, il arrive souvent que l’on soit assis pendant de longues heures derrière un bureau. Or, marcher et bouger sont nécessaires pour se sentir bien. Chaque jour nous respirons en moyenne 15 000 litres d’air, parfois davantage en cas de gros efforts. Marcher, bouger et respirer sont donc indispensables et gages de bonne santé au quotidien. Explications dans cet article

 

 

La sédentarité, fléau des sociétés modernes

On appelle sédentarité toute situation d’éveil impliquant une dépense énergétique minime, soit en position allongée soit assise. L’indicateur le plus éloquent pour parler de sédentarité reste aujourd’hui le nombre d’heures passées devant un écran. En moyenne, un adulte passe chaque jour environ 4 h assis devant un écran (smartphone inclus), hors temps de travail.

Dans les sociétés modernes industrialisées, la tendance est de plus en plus à l’inactivité physique. Or, cela constitue un véritable problème de santé publique, à l’origine de près de 10 % de mortalité en Europe selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Selon cette même structure, la sédentarité est à l’origine des cancers du sein pour 9 % et du diabète de type 2 pour 7 % en moyenne.

 

Marcher et bouger, des activités bénéfiques pour votre santé

Selon l’Observatoire de la santé, être actif augmente l’espérance de vie et a de nombreux autres bénéfices. Notamment celui de diminuer le risque d’hypertension et de diabète, tout en agissant sur la qualité du sommeil et sur les capacités cardio-vasculaires. Au contraire, être trop sédentaire peut entraîner une hausse du risque de cancer et de diabète, en plus de l’obésité qui frappe de très nombreuses personnes.

Si ces bienfaits sont avérés, moins de la moitié des français âgés entre 15 et 75 ans pratiquent réellement une activité physique suffisante au quotidien. Le Gouvernement tente ainsi de formuler des recommandations et rappelle à chacun l’importance d’intégrer une pratique physique dans son quotidien. Depuis 2002, la recommandation du ministère de la santé est la pratique d’au moins 30 minutes de marche rapide chaque jour pour les adultes, tout âge et sexe confondu. Pour les enfants et les adolescents, cette recommandation est portée à 60 minutes au minimum. Il a en effet été démontré que ceux qui suivent à la lettre ce conseil ressentent rapidement des effets positifs sur leur santé, tant physique que mentale. En effet, l’exercice physique agit également sur la résistance au stress, stimule de nouveaux neurones et aide à lutter contre la dépression. De quoi démarrer dès aujourd’hui un programme adapté à vos besoins.

 

La respiration, source de bien-être au quotidien

Nous respirons de manière automatique, sans même nous en rendre compte. Il s’agit en effet d’un automatisme vital pour tous les êtres vivants. Respirer fait entrer de l’air dans les poumons et apporte un niveau d’oxygène suffisant aux cellules via la circulation sanguine.

La respiration se décline en deux étapes : l’inspiration et l’expiration. En veillant à suivre quelques conseils il est tout à fait possible d’optimiser la respiration pour se sentir apaisé et relaxé au quotidien. Cela permet alors d’évacuer le stress et de continuer sa journée avec un esprit plus léger.

En pratique, l’inspiration par le nez est plus adaptée à une respiration satisfaisante puisque le nez possède des parois nasales dont les poils permettent de retenir les poussières de l’air. Pour tirer le meilleur d’une inspiration de qualité, il est nécessaire de se concentrer sur le travail du diaphragme, muscle indispensable dans le mécanisme de respiration. Situé sous les poumons, il est le garant de plus de la moitié de notre capacité vitale.

 

La marche consciente, entre respiration et méditation

La marche urbaine, à pratiquer au moins 30 minutes par jour pour les adultes, est grandement bénéfique pour la santé. Elle peut s’associer avec d’autres pratiques comme le yoga et la marche consciente qui permet de réapprendre à marcher pour mieux prendre soin de sa santé.

Ainsi, nombreux sont ceux à s’être tournés vers cette pratique physique qui allie marche, respiration et méditation. Se déroulant en silence, cette pratique physique consiste à méditer sur le sens de la marche, comme dans une expérience unique et un voyage intérieur. Un peu dans le même ordre d’idée que la célèbre marche du sel de Gandhi en 1930 ou encore du pèlerinage de Saint-Jaques de Compostelle.

Cette pratique va donc bien au-delà d’une simple activité sportive mais invite chacun à penser à soi et à ses besoins. L’idée est de prendre conscience de cet acte si particulier qui permet de se mouvoir, d’avancer ses pieds au fur et à mesure en franchissant des étapes sur son chemin. L’objectif n’est pas d’atteindre une performance en particulier mais bien de prendre le temps nécessaire pour cheminer jusqu’au bien-être.

 

Activité physique : comment faire en cas de pollution atmosphérique ?

Dans les grandes villes la pollution est omniprésente, ce qui peut poser quelques questions quant aux bénéfices de l’activité physique dans ce type d’endroit. Dès que l’on augmente le niveau d’activité physique, les bénéfices sur la santé excèdent largement les risques liés à la pollution atmosphérique. Ainsi, si vous pratiquez la course à pied ou que vous faites du vélo en ville, vous inhalerez davantage d’air mais votre santé s’en portera tout de même mieux. En outre, la pratique d’une activité à l’air libre est bien souvent préférable à celle en intérieur. En effet, les lieux clos sont peu ventilés et cumulent pollution intérieure et extérieure.

Ainsi, si vous souhaitez pratiquer une activité physique dans un lieu pollué, il est conseillé de ne pas abandonner votre projet mais d’adapter votre pratique. Quelques bons conseils peuvent être suivis :

  • si vous êtes sensible à la pollution, vulnérable ou bien âgé de plus de 65 ans, vous pouvez éviter les efforts trop intenses occasionnant un essoufflement important (donc de grandes respirations par la bouche),
  • évitez autant que possible les lieux enfumés,
  • il est conseillé de décaler vos horaires de sport afin d’éviter au maximum les pics de pollution autant que possible,
  • vous pouvez également tenter de trouver un coin de verdure ou un endroit où la qualité de l’air s’améliore avant de démarrer un effort important.

Bon à savoir : sur le site AtmoSud (Association de surveillance de la qualité de l’air, agréée par le ministère de l’environnement) vous pouvez avoir librement accès à la qualité de l’air dans votre commune.

Articles similaires