Prévention

La vaccination : pourquoi est-elle indispensable ?

Les vaccins constituent des piliers en matière de santé publique en France et dans le monde. Zoom sur la vaccination et son importance cruciale

 

Pourquoi la vaccination est-elle indispensable ?

 

Avec la crise sans précédent du Covid-19 que le monde entier a connu, la question de la vaccination est revenue en force. Pour autant, les vaccins indispensables sont nombreux et ne se cantonnent pas uniquement à celui contre le Covid-19. La vaccination reste aujourd’hui le pilier en matière de santé publique pour la population mondiale. Elle constitue une des plus grandes avancées dans l’histoire de la médecine. Nous vous expliquons dans cet article pourquoi la vaccination est indispensable pour protéger votre santé et celle de vos proches

 

Pourquoi se faire vacciner ?

 

Durant les 50 dernières années, la vaccination a franchi une avancée considérable et a permis de sauver des millions de vies à travers le monde. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime entre 2 et 3 millions le nombre de personnes sauvées chaque année grâce à cet acte préventif.

En se faisant vacciner, on se protège contre certaines maladies pouvant avoir des conséquences graves sur notre santé. Cela permet également de réduire le risque de contagiosité pour sa famille et la communauté toute entière. La vaccination constitue aujourd’hui le moteur de la santé en France comme ailleurs. Il s’agit de la stratégie la plus efficace pour protéger sa santé et celle de ses proches contre certaines maladies évitables. En outre, les vaccins utilisés en France sont particulièrement sûrs et efficaces. Ils font l’objet d’un double contrôle : par le fabricant lui-même puis par un laboratoire indépendant et officiel qui est l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

De plus, contrairement à certaines idées reçues, l’acte de vaccination n’affaiblit aucunement le système immunitaire, bien au contraire. En effet, le vaccin permet d’exploiter au maximum l’immunité en lui apprenant comment se défendre.

Comme le disait Nelson Mandela, Prix Nobel de la Paix en 1993, « la vaccination a permis de sauver la vie de millions d’enfants et de donner à des millions d’autres la perspective d’une vie plus longue en meilleure santé, ainsi que de meilleures chances d’apprendre, de lire et d’écrire, mais aussi de jouer et de se déplacer librement sans souffrir. »

 

Les différents types de vaccins disponibles

 

On distingue deux grandes catégories de vaccins : ceux qui sont inactivés et ceux qui sont atténués.

Lorsqu’il est atténué, le vaccin contient des germes vivants (bactéries et virus) modifiés qui n’ont plus aucun pouvoir infectieux. Lorsqu’ils sont injectés dans le corps du patient, ils induisent une protection élevée et immédiate. Très efficace, le vaccin atténué est cependant contre-indiqué chez certaines personnes considérées comme à risque de complications. C’est le cas des personnes immunodéprimées et des femmes enceintes.

De son côté, le vaccin inactivé ne possède aucun agent infectieux vivant. Il peut toutefois contenir :

  • soit quelques fragments d’agent infectieux (comme sa toxine), ce qui est notamment le cas du tétanos et de l’hépatite B
  • ou bien l’ensemble d’un agent infectieux inactivé, ce qui est le cas du vaccin contre la coqueluche
  • ou encore une minuscule partie du virus ou l’acide nucléique de la protéine (autrement dit son ADN), ce qui est le cas du nouveau vaccin contre le Covid-19.

 

Quels sont les vaccins obligatoires ?

La loi du 30 décembre 2017 a étendu à 11 le nombre de vaccins obligatoires. Cette décision faisait suite à la proposition d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé de l’époque, d’ajouter 8 vaccins supplémentaires au calendrier vaccinal obligatoire. L’objectif était alors de venir à bout de certaines maladies infectieuses, à l’instar de la rougeole susceptible d’avoir des conséquences importantes sur les enfants et les personnes fragiles.

Les trois vaccins obligatoires avant 2018 concernaient la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Pour les enfants nés à partir de 2018, les nouveaux vaccins obligatoires sont les suivants :

  • l’hépatite B,
  • l’haemophilius influenzae B (à l’origine de pneumopathies et méningites),
  • le pneumocoque,
  • le méningocoque C (provoquant des méningites),
  • la coqueluche,
  • les oreillons,
  • la rougeole,
  • la rubéole.

Le fait d’avoir étendu le nombre de vaccins obligatoires équivaut en pratique à 10 injections pour l’enfant, sur une durée de 2 ans.

Bon à savoir : Le site du Service public a mis en ligne un calendrier des vaccinations complet pour mieux s’organiser et prévoir les étapes de vaccination dans le temps. Pour les adultes, certains vaccins non obligatoires mais fortement recommandés peuvent permettre d’éviter de sérieux problèmes de santé.

 

Zoom sur le vaccin contre le VPH (Virus du Papillome Humain)

Chaque année, environ 1 000 femmes décèdent d’un cancer du col de l’utérus en France. L’infection à Papillomavirus humains (HPV), particulièrement fréquente, se transmet par voie sexuelle. On considère qu’environ 80 % des femmes sera exposé à ce virus pendant leur vie. Cela en fait un virus particulièrement virulent contre lequel il est impérieux de lutter. S’il existe plus de 100 types différents de VPH, certains d’entre eux peuvent être à l’origine d’un cancer du col de l’utérus, de la gorge, du pénis ou des testicules.

Aujourd’hui, le vaccin contre le VPH reste le meilleur moyen pour prévenir la maladie. Il est préconisé de se faire vacciner avant les premières relations sexuelles, que ce soit chez les jeunes filles comme chez les garçons à partir de 9 ans, hormis en présence de contre-indications. Les femmes peuvent recevoir ce vaccin jusqu’à 45 ans et les hommes jusqu’à l’âge de 26 ans. Puisque le niveau de dose varie en fonction des situations, le professionnel de santé vérifiera au préalable votre carnet de santé.

 

Quid de la vaccination contre le Covid-19 

La vaccination contre le Covid-19 est née de la crise sanitaire que nous connaissons depuis quelques années. Aujourd’hui en France, on estime à 93 % le volume de personnes majeures complètement vaccinées. Depuis le 15 juin 2021, la vaccination est ouverte aux mineurs âgés de 12 à 17 ans. Ces derniers reçoivent le vaccin Moderna ou Pfizer-BioNTech, vaccins accrédités par l’EMA (Agence européenne des médicaments).

Avant toute injection du vaccin, l’adolescent et son parent doivent donner leur accord oral. Cette vaccination se fait sur la base du volontariat et n’est donc pas obligatoire en pratique. Les mineurs âgés de plus de 16 ans peuvent décider seuls de se faire vacciner et n’ont donc pas besoin de l’accord de leur parent.

Le Gouvernement a mis en place un agenda précis pour la vaccination contre le virus responsable du Covid-19. Il dépend de votre âge et de votre situation par rapport au vaccin et au virus. Cela vous permettra ainsi de savoir notamment si vous avez besoin de faire une dose de rappel et comment procéder.

Articles similaires