Prévention

3 questions pour mieux connaître le périnée

Le muscle du périnée est souvent associé à l’image d’une femme qui vient d’accoucher. Pourtant, son bon fonctionnement concerne tout le monde. Même les hommes ! L’entretenir tout au long de votre vie permet d’éviter de nombreuses complications comme la descente d’organes. Quel est le rôle du périnée ? Comment le préserver ? En quoi consiste sa rééducation ? On vous explique tout sur ce muscle méconnu et pourtant essentiel à votre santé !

 

Qu’est-ce que le périnée ?

 

Vous pensez certainement qu’il se situe entre le sexe et l’anus ? C’est faux ! Il est bien plus étendu : du pubis vers le coccyx. Le périnée regroupe des muscles et des tissus qui ferment le bas du bassin des femmes et des hommes. Il est souvent comparé à un hamac musculaire, il représente le centre du corps humain. Il ne fonctionne jamais de manière indépendante puisqu’il est en lien permanent avec la ceinture lombaire et abdominale ainsi que le diaphragme. Ensemble, ils réalisent un véritable travail d’équipe.

 

Le plancher pelvien a un rôle essentiel pour votre santé :

 

  • il maintient les organes (vessie, utérus, rectum) ;
  • il favorise la continence urinaire et fécale ;
  • il permet l’ouverture
  • il amortit vos organes quand vous courez.

 

Saviez-vous qu’il contribue également au plaisir sexuel ? Plus vous connaissez votre corps, plus vous maîtrisez ses contractions, plus vous aurez des sensations agréables et des orgasmes prolongés. C’est pourquoi il est important de l’entretenir durant toute votre vie de femme. S’il n’est pas bien éduqué, des douleurs lors de la pénétration peuvent se déclencher.

 

Avec la grossesse et l’accouchement, il devient moins ferme, car il subit un surpoids conséquent de l’utérus et du placenta. D’où la nécessité de recourir à une rééducation périnéale en post-partum.

 

 

 

Quels signes doivent vous alerter ?

 

Les symptômes

 

Pour vous faciliter la tâche, voici quelques signes qui doivent vous alerter :

 

  • perdre quelques gouttes d’urine ;
  • être régulièrement constipé ;
  • avoir des douleurs pendant les rapports sexuels ;
  • avoir un tampon qui ne tient pas ;
  • avoir souvent envie d’aller aux toilettes.

 

Ne banalisez pas ces symptômes, parlez-en à votre médecin ou à un spécialiste. Des solutions existent pour vous soulager.

 

Dans tous les cas, même si vous n’avez aucune gêne, nous vous invitons à réaliser un bilan auprès d’une sage-femme ou d’un kinésithérapeute. La prévention est la clé pour éviter des complications. Vous apprendrez à :

 

  • mieux connaître votre périnée ;
  • le contracter et le relâcher ;
  • l’intégrer dans votre corps grâce à la respiration.

 

Le prolapsus, une complication angoissante

 

Le prolapsus ou la descente d’organes est souvent une hantise. Et pour cause, c’est le glissement d’un organe pelvien, comme la vessie, dans le vagin ou l’anus. Cette complication est due à des pressions répétées par :

 

  • La constipation chronique : évitez de pousser fort quand vous êtes aux toilettes.
  • Certaines postures mal exécutées lors de vos séances de sport.
  • De nombreux accouchements par voie basse avec instrumentations.

 

Si cela peut paraître impressionnant, sachez que l’opération est la dernière option. Le prolapsus se soigne par la rééducation périnéale en première intention. Il existe plusieurs stades avant d’arriver à la chirurgie.

 

En quoi consiste la rééducation périnéale ?

 

Pour qui ?

 

N’oubliez pas, comme n’importe quel autre muscle, le périnée peut s’abîmer. Même si vous ne souhaitez pas avoir d’enfant ou que vous êtes un homme, vous pouvez être amené à consulter.

Tout le monde peut être un jour ou l’autre concerné par la rééducation.

 

Elle s’adresse à tous les publics et à tout âge :

 

  • Pour les femmes : avant une grossesse, pendant et après. Mais aussi lors de la ménopause ou en cas d’inconfort sexuel (vaginisme).
  • Pour les hommes : après une opération de la prostate, pour une envie fréquente d’uriner à l’effort, pour des troubles de l’érection, pour une anorgasmie.
  • Pour les sportifs : pour un problème d’incontinence à l’effort, pour un renforcement abdominal, une gestion des pressions et un apprentissage postural.
  • Pour les enfants : pour des problèmes d’énurésie (pertes d’urine durant le sommeil) ou d’encoprésie (émission régulière de selles dans des endroits inhabituels après l’âge de 4 ans).

 

Vous avez un projet de grossesse ? N’attendez pas d’être enceinte pour consulter et réaliser un bilan. La rééducation peut débuter avant même la conception. Plus vous vous y prendrez tôt en bénéficiant de massage périnéal, plus vous éviterez l’épisiotomie lors de l’accouchement.

 

Comment fonctionne la rééducation ?

 

Avant de commencer les exercices, le spécialiste vous expliquera le rôle du plancher pelvien grâce à des schémas. Cette pédagogie est essentielle pour que vous compreniez mieux l’origine de vos douleurs et le traitement qui sera choisi.

 

Pour les femmes en post-partum, le kinésithérapeute procèdera, avec votre consentement, à un toucher vaginal. Puis, il peut vous proposer la méthode du biofeedback ou rétroaction. Elle permet de mesurer, avec une sonde et de manière ludique, l’intensité de votre contraction périnéale. Cette dernière est retranscrite sous forme de graphique ou de jeux interactifs où le muscle est symbolisé par un objet. Elle s’effectue dans plusieurs positions : assise, debout, allongée, sur un pied, etc. Ce travail thérapeutique est complété par un renforcement des abdominaux et des exercices de respiration. Si la rééducation n’est pas obligatoire pour les femmes qui viennent d’accoucher, elle est vivement conseillée par les médecins et les kinésithérapeutes. Remboursée à 100 % par la Sécurité sociale, il serait dommage que vous vous en priviez !

 

Pour les autres patients, la gymnastique abdominale, posturale et respiratoire est incontournable dans la rééducation périnéale. Elle permet de réactiver le travail d’équipe entre le muscle et ses structures voisines et d’avoir conscience de son périnée. Les techniques ainsi que le nombre de séances dépendent du motif de consultation.

 

Chez vous, vous pouvez vous entraîner à contracter et relâcher votre périnée, lorsque vous êtes en voiture ou au bureau. Mais attention, sachez que certains exercices sont à bannir comme celui du « stop-pipi » qui perturbe les réflexes de la miction. Dans tous les cas, nous vous déconseillons de travailler seul, sans en avoir vu un spécialiste, au préalable. Vous risqueriez de faire des mouvements inadaptés.

 

 

Vous l’avez compris, que vous soyez une femme ou un homme, préserver votre périnée tout au long de votre vie est essentiel. Consulter même sans symptôme, c’est vous assurer de conserver vos capacités urinaires, sexuelles et sportives.

 

 

Pour aller plus loin : https://www.youtube.com/watch?v=KhDhrBPgJQY

 

Rédaction : Célia Gouverneur

Articles similaires