Prévention

L’asthme, une maladie chronique courante mais banalisée ?

Journee_Asmthe

On se souvient tous d’un camarade d’école atteint de crises d’asthme. Cette maladie apparaît le plus souvent pendant l’enfance ; elle est d’ailleurs la 1ère maladie chronique chez l’enfant. Mais, même si elle a tendance à être moins visible chez l’adulte, elle n’en disparaît pas pour autant. Selon Santé Publique France, elle touche près de 4 millions de français. Elle est à l’origine de 60 000 hospitalisations chaque année et on dénombre encore 1 000 décès par an chez les moins de 65 ans. Elle est donc loin d’être anodine. Et, en cette période d’épidémie de COVID-19, il est essentiel que cette maladie soit contrôlée.

 

 

L’asthme, c’est quoi ?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique, qui apparaît le plus souvent pendant l’enfance.

L’inflammation des voies aériennes est à l’origine de contractions des muscles bronchiques, d’œdèmes ou d’une sécrétion de mucus qui vont entraîner une obstruction bronchique.

La maladie se manifeste alors par des crises respiratoires chez la personne asthmatique. Elle a du mal à inspirer, mais encore plus à expirer : les bronches rétrécissent, le thorax est bloqué, l’air ne peut pas passer correctement. Une toux, une respiration sifflante, un essoufflement, une sensation d’oppression dans la poitrine, de la fatigue, voire des difficultés bien plus graves pour respirer, en sont les symptômes.

 

Ces crises peuvent durer quelques minutes, jusqu’à plusieurs jours. La fréquence et la sévérité de ces épisodes varient d’une personne à l’autre.

Mais, au quotidien, la respiration est normale.

Cependant, chez certaines personnes, l’asthme peut être permanent, sévère. Les symptômes tels que l’essoufflement, la toux ou une respiration sifflante, sont quotidiens, et fréquents en pleine nuit. Les activités physiques sont limitées, et les crises sont plus importantes.

 

Quelles sont les causes de l’asthme ?

Des causes génétiques et environnementales sont à l’origine de l’asthme.

D’une part, les personnes qui ont développé une sensibilité au niveau des bronches sont susceptibles d’être asthmatiques.

D’autre part, les crises d’asthme sont bien souvent déclenchées par plusieurs facteurs :

  • au printemps avec l’arrivée du pollen
  • des allergènes existants dans les habitations ou le lieu de travail (moisissures, aquariens…)
  • lors d’une allergie alimentaire
  • au contact d’un animal
  • lors d’une activité physique
  • l’air froid et sec
  • la pollution
  • les infections virales, comme les rhumes
  • le tabagisme
  • le stress
  • certains médicaments, notamment anti-inflammatoires

La sensibilité à ces différents éléments et les conséquences sont variables d’une personne à l’autre.

 

Chez la plupart des personnes, la maladie apparaît occasionnellement, déclenchée par l’un de ces facteurs.

De plus, certaines études révèlent que l’asthme peut-être plus important au petit matin, où le sujet est réveillé par des quintes de toux, une respiration sifflante ou une oppression.

 

Aussi, selon Santé Publique France, 15 à 20% des asthmes de l’adulte sont d’origine professionnelle. En effet, le lieu de travail peut-être à l’origine d’un asthme, provoqué par des agents présents dans un environnement professionnel particulier (comme dans le secteur du BTP par exemple). Ou ce lieu de travail peut aggraver un asthme déjà existant.

 

Comment vivre avec cette maladie ?

L’asthme impacte fortement la vie quotidienne. Il ne guérit pas, même s’il peut se faire oublier pendant quelques années.

 

Cependant, plusieurs traitements permettent de vivre au mieux. D’autant plus s’ils sont appliqués dès l’apparition de la maladie, bien souvent au cours de l’enfance. Un enfant asthmatique soigné correctement verra ses crises réduites et leur gravité atténuée à l’âge adulte.

 

Ces traitements préviennent les crises, diminuent leur fréquence et leur gravité.

 

Bénéficier de traitements médicamenteux

En une vingtaine d’années, les progrès thérapeutiques ont fait un bond, permettant aux enfants asthmatiques de vivre comme les autres.

Bien souvent, la maladie est traitée par des médicaments bronchodilatateurs administrés par inhalation (que l’on regroupe plus communément sous le terme « inhalateur »). Ils soulagent la crise en quelques secondes.

Si besoin, des corticoïdes peuvent être inhalés pour éviter les crises.

 

En cas d’asthme sévère, un traitement de fonds est nécessaire. Pris quotidiennement, il diminue la fréquence des épisodes d’asthme sur le long terme.

 

Parfois, la crise ne diminue pas après la prise du traitement. Elle est alors grave, et doit être prise en charge à l’hôpital. Il est déconseillé à la personne asthmatique de se rendre à l’hôpital par ses propres moyens, au risque d’aggraver la situation. Il vaut mieux alors faire appel à l’entourage ou au SAMU.

 

L’association Asthme & Allergies met à disposition de tout malade une carte « Crise d’asthme – Agir ». Elle est un mémo en cas de grise grave : elle présente 5 règles sur la conduite à tenir.

 

Comprendre sa maladie grâce à l’éducation thérapeutique

Des écoles de l’asthme, des centres et des structures de soins, agréés par les autorités de santé, proposent des séances d’éducation thérapeutique. Ces ateliers collectifs permettent d’acquérir les connaissances pour gérer au mieux la maladie et vivre avec au quotidien.

L’éducation thérapeutique du patient (ou ETP) fait partie intégrante du traitement. Les programmes sont réalisés par des professionnels de santé et validés par les autorités de santé.

 

Ces formations, menées par des soignants, visent à :

  • connaître et comprendre sa maladie ;
  • utiliser correctement ses ses traitements ;
  • apprendre à écouter son corps et connaître ses symptômes, pour anticiper ou éviter une crise, voire une hospitalisation ;
  • surveiller son souffle ;
  • aménager son environnement ;
  • contrer les facteurs déclenchants, voire les éviter ;
  • savoir évaluer son état respiratoire en cas d’aggravation des symptômes.

Mais également, elles permettent de ne pas se sentir seul et démuni face à la maladie.

 

Éviter les facteurs déclenchants d’une crise d’asthme

Apprendre à comprendre sa maladie et à écouter son corps permet d’identifier les facteurs susceptibles de déclencher une crise.

Ainsi, la personne asthmatique reconnaîtra les signes avant-coureurs lors d’un effort physique ou prendra un bronchodilatateur en amont, évitera de manger certains aliments ou de prendre certains médicaments, ou se protègera des maladies de l’hiver.

Aussi, il est essentiel d’aménager son habitation pour éviter les sources d’allergies ou de pollution.

 

Enfin, des épreuves régulières respiratoires, prescrites par le médecin généraliste, permettent de mesurer son souffle.

 

Et en période d’épidémie de coronavirus ?

Le COVID-19, dans sa forme la plus sévère, entraîne d’importantes difficultés respiratoires, susceptibles de causer un décès.

Les personnes asthmatiques font donc partie des populations considérées à risque. Le meilleur moyen de traverser l’épidémie est de respecter les gestes barrière et de distance sociale, mais également de continuer ses traitements. En cas de contamination au COVID-19, les symptômes seront moins importants si l’asthme est contrôlé.

Cependant, il est possible que certains médicaments risquent d’aggraver les symptômes du coronavirus, en cas de diagnostic positif. La Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique a ainsi créé une plateforme listant ces médicaments.

 

L’association Asthme & Allergies est mobilisée pour répondre aux questions liées au coronavirus, via une page dédiée sur son site internet. Un numéro vert – 0 800 19 20 21 ou une adresse mail – contact@asthme-allergies.asso.fr informe, écoute et oriente les asthmatiques et leurs proches.

 

 

Ce 5 mai 2020 marque la 21ème Journée Mondiale de l’Asthme. Les progrès thérapeutiques ont révolutionné la vie des asthmatiques ces dernières années, leur permettant de mieux vivre avec la maladie. Cependant, elle touche beaucoup de personnes dans le monde, voire de plus en plus, probablement dû à la pollution et au dérèglement climatique. Il est essentiel d’informer, notamment les parents d’enfants, et de soutenir les personnes pour qu’elles puissent mieux comprendre leur maladie et anticiper, voire éviter, les crises. Rendez-vous sur le site de l’association Asthme et Allergies, une mine d’informations !

Articles similaires