Prévention

Cancer colorectal : en mars, faites-vous dépister

Chaque année, Mars se revêt de bleu pour lutter contre le cancer colorectal. Mars Bleu, c’est le mois de prévention et de dépistage de cette maladie, qui touche autant les hommes que les femmes. Vous allez certainement l’apercevoir en vous rendant chez le médecin, le pharmacien ou tout autre professionnel de santé. Et si, cette année, vous réalisiez le dépistage ?

 

 

C’est le troisième cancer le plus fréquent en France. Il est également le deuxième cancer le plus meurtrier, après celui du poumon. On dénombre 43 000 nouveaux cas et plus de 17 000 décès par an, selon les dernières estimations de Santé Publique France en janvier 2019. Le cancer du côlon est loin d’être anodin.

Pourtant, il peut être guéri 9 fois sur 10. S’il est détecté au plus tôt.

C’est tout l’objet du programme national de dépistage organisé, chaque mois de mars.

 

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du côlon ou du rectum. Il touche notamment les femmes et les hommes de plus de 50 ans.

Cette affection de l’intestin est bien souvent invisible à un stade précoce. D’ailleurs, on distingue 4 niveaux d’évolution pour ce cancer :

  • Les stades 0 et 1, les plus précoces, où les chances de guérison sont importantes ;
  • Au deuxième stade, la tumeur a traversé les différentes couches de la paroi intestinale, mais n’affecte pas les autres organes ;
  • Au troisième niveau, les cellules cancéreuses ont touché les ganglions voisins ;
  • Au dernier stade, la maladie se propage pour former des métastases au foie, au poumon,…

 

Le cancer colorectal reste longtemps sans symptômes. S’ils apparaissent, cela peut signifier que la maladie est déjà à un stade avancé (2 ou 3). Dans ce cas, vous pouvez avoir :

  • Des douleurs abdominales,
  • Des troubles du transit, tels que la constipation ou une longue diarrhée,
  • Du sang dans les selles,
  • De l’anémie (hémoglobine dans le sang dont le taux est faible),
  • Un amaigrissement.

 

Comment le détecter au plus tôt ?

Environ 95% des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans. Mais, ce cancer peut être guéri, s’il est dépisté au plus tôt.

 

Or, aujourd’hui, le test de dépistage n’attire pas les foules. Selon la Ligue Contre le Cancer, seulement 33,5% de la population concernée participerait au dépistage.

Mais, c’est compréhensible.

D’une part, car cette prévention s’adresse à des personnes qui ne sont pas supposées être malades. En participant au dépistage, vous faites entrer la possibilité d’être atteint d’un cancer dans votre vie. Accepter de passer d’un statut de personne en bonne santé à un statut de personne éventuellement malade n’est pas simple. Cela fait peur.

D’autre part, l’information vous manque très certainement. Malgré les mobilisations organisées, telles que Mars Bleu et les campagnes de dépistages nationales, la communication n’est pas encore tout à fait efficace.

 

Aussi, le test de dépistage peut vous rebuter. En effet, il suppose de manipuler vos selles. C’est une limite que l’on n’est pas forcément prêt à franchir. En cas de test positif, réaliser une coloscopie peut faire peur et être perçu comme douloureux, dangereux et touchant à votre intimité.

 

Cependant, le test immunologique est aujourd’hui plus simple à réaliser. Rapide et indolore, il est à faire chez soi. Un seul prélèvement permet de rechercher efficacement du sang dans les selles.

 

Un test immunologique positif (4% des cas, selon l’Assurance Maladie), signifie que vous avez du sang dans vos selles.

Votre médecin traitant vous prescrira alors une coloscopie. Elle détectera ou non la présence d’un cancer colorectal, ou des petites lésions qui pourraient évoluer en cellules cancéreuses. Dans la moitié des cas, aucun cancer ni de lésions ne seront détectés, la présence de sang n’étant pas significative.

 

Vous avez entre 50 et 74 ans ? Profitez de Mars Bleu et de sa campagne nationale pour vous faire dépister. Si vous êtes dans cette tranche d’âge, tous les 2 ans vous recevez un courrier vous invitant à vous rendre chez le médecin généraliste. Il vous fournira et vous expliquera alors le test de dépistage, pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.

Si vous n’avez pas reçu un tel courrier, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin traitant ou de la pharmacie la plus proche de chez vous.

 

Si vous avez des antécédents personnels ou familiaux, parlez-en à votre médecin généraliste pour qu’il assure un suivi médical. Même si vous avez moins de 50 ans.

 

Comment soigner le cancer colorectal ?

9 fois sur 10, on guérit du cancer colorectal, s’il est détecté à un stade précoce. Les traitements seront moins lourds et les chances de guérison seront plus importantes. D’où l’importance de réaliser le dépistage, si vous avez plus de 50 ans.

 

En effet, le traitement et sa réussite dépendent du stade de la maladie et s’il s’est étendu à d’autres organes.

Le traitement principal est la chirurgie, par l’ablation de la tumeur.

La chimiothérapie et/ou la radiothérapie sont généralement associées à ce traitement chirurgical, avant et/ou après l’opération. La radiothérapie permet de délivrer de façon précise des rayons qui élimineront la tumeur. La chimiothérapie, quant à elle, est un médicament administré par perfusion ou par comprimés oraux. Réalisée après l’opération, elle permet de diminuer le risque de récidive de la maladie.

 

 

Le cancer colorectal est une maladie très répandue, dont le dépistage est encore trop peu utilisé par la population concernée. Si vous avez plus de 50 ans, profitez de Mars Bleu pour vous faire dépister. N’hésitez pas non plus à sensibiliser vos proches. Si vous n’avez pas reçu de courrier, rapprochez-vous de votre médecin traitant ou de la pharmacie, pour bénéficier du test immunologique. Participer au dépistage permettra d’être rapidement diagnostiqué, pour que la prise en charge soit la plus anticipée possible et efficace, si lésions il y a.

 

 

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à regarder la vidéo de La Ligue Contre le Cancer.

Articles similaires