Maladies

Brisons les tabous sur… le VIH et le SIDA

En France, plus de 170 000 personnes vivent avec le VIH. Mais savez-vous ce que cela signifie réellement ? Lamie mutuelle décrypte dans cet article les préjugés autour du VIH et du Sida et vous explique comment vous en préserver. Aujourd’hui, de bons traitements existent pour mieux vivre avec le virus, le problème est que plus de 20 000 personnes ignorent être infectées ! 

VIH, SIDA, quelle différence ?

Le VIH, virus de l’immunodéficience humaine, est un virus affaiblissant l’organisme et le système immunitaire. Une personne infectée devient « séropositive » lorsque son corps a été exposé à une primo-infection du virus. Cette infection laisse place à des symptômes presque grippaux qui s’effacent au bout de quelques semaines. Le virus peut rester en latence pendant une longue période avant de se manifester plus gravement. Ensuite, tout dépend de la rapidité de la détection et du traitement !

Le traitement, que l’on appelle antirétroviral (ARV), permet de bloquer l’avancée du virus dans le corps mais ne l’élimine pas de l’organisme. Il permet aussi de réduire les troubles liés à l’infection et protéger le système immunitaire.

Si le virus n’est pas maîtrisé, il se répandra de plus en plus dans le corps facilitant l’accès aux maladies opportunistes qui fragilisent l’organisme et c’est ce dernier stade que l’on appelle le syndrome de l’immunodéficience acquise, raccourci en Sida. Les maladies opportunistes regroupent certains types cancers comme les lymphomes (le système lymphatique est ce qui assure la défense immunitaire), le cancer du col de l’utérus, la toxoplasmose.

Les préjugés

  • On vit moins longtemps avec le VIH. FAUX

Une personne qui prend un traitement aujourd’hui a la même espérance de vie qu’une personne séronégative. Ainsi, l’infection au VIH devient une pathologie chronique, inguérissable, mais avec laquelle on peut vivre si elle est détectée suffisamment tôt !

  • Il faut éviter d’avoir de rapport sexuel avec une personne séropositive. FAUX

Une personne sous traitement depuis 6 mois et avec une charge virale indétectable dans le sang ne peut transmettre sexuellement le virus c’est le principe du message de sensibilisation « I=I, indétectable = intransmissible. »

Il existe aussi des traitements pour se protéger !

  • Le TasP (traitement comme prévention), c’est le principe où le traitement devient lui-même un moyen de protéger du virus car il empêche la transmission.
  • La Prep est un traitement pour les séronégatifs au VIH, pour éviter la contamination. Il doit être pris en préexposition, avant contact, pour éviter l’infection
  • Le TPE, traitement post exposition, après un rapport à risque ou dans une population exposée.

Cependant, n’oubliez pas que, séropositifs ou séronégatifs, il faut toujours se protéger lors d’un rapport sexuel pour éviter les IST (infections sexuellement transmissible) avec un préservatif, masculin ou féminin !

  • Le SIDA s’attrape par la salive ou lors d’un contact. FAUX

Le VIH se transmet seulement de trois manières : sexuellement, par échange de sang (attention aux ulcères, aux blessures…) et de la mère à l’enfant (si elle n’est pas efficacement traitée ou lors de l’allaitement). MAIS, Une personne séropositive peut avoir des enfants séronégatifs ! Plusieurs moyens de conception sont envisageables : par voie naturelle si la charge virale est indétectable et contrôlée ou même par PMA. Rappelons-le, les traitements antirétroviraux préviennent les risques de transmission, même au fœtus !

Quand et comment se faire dépister ?

Il y a toujours une occasion de se faire dépister !

  • Si vous n’avez jamais fait de dépistage ;
  • Si vous avez des doutes ;
  • Si vous ne vous protégez pas pendant tous vos rapports ;
  • Si vous envisagez un rapport non protégé ;
  • Si vous avez été en contact avec des aiguilles non stérilisées ;
  • Si votre partenaire ne vous a pas confirmé son statut sérologique ;
  • Si vous avez plusieurs partenaires ;
  • Si vous faites partie des populations les plus exposées au VIH (les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), les utilisateurs de drogues par injection (UDI), les personnes originaires d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes) ;

À tout moment, sans rendez-vous vous pouvez aller :

  • Dans un centre de dépistage pour un Trod (un test rapide d’orientation diagnostique) où un professionnel peut vous renseigner sur le résultat ;
  • Dans un CeGIDD, anonymement et gratuitement ; en pharmacie, sans ordonnance avec un autotest ;
  • En laboratoire par le test ELISA, un test sanguin à faire sous 6 semaines après l’exposition

L’autotest disponible en pharmacie, permet d’avoir un résultat fiable sous 30 minutes. Il consiste à s’autopiquer et prélever quelques gouttes de sang.

Pour résumer :

  • Il ne faut pas confondre VIH et SIDA : le sida est la dernière phase de l’infection au VIH. La séropositivité est encore trop stigmatisée. #Luttons contre la sérophobie !
  • De nos jours, il existe des traitements efficaces bloquant l’avancée du VIH et évitant la contamination.
  • Il est conseillé de se faire dépister après une prise de risque

Même avec le traitement, l’épidémie du sida n’est pas pour autant terminée ! Plus d’infos sur :

Articles similaires